0 4 minutes 8 mois

Le Kabyle n’admettra jamais l’idée qu’un militant politique quelle que soit sa cause peut être un terroriste en dépit de l’entêtement du pouvoir Algérien qui travaille jour et nuit afin de coller l’étiquette du terrorisme à des structures politiques qui ont toujours revendiqué le pacifisme. En effet, le 18 mai 2021 après une réunion du HCS (le Haut Conseil de Sécurité) l’Etat Algérien a classé le MAK comme organisation terroriste sans présenter aucun élément incriminant ce mouvement. Suite à ça, plusieurs dizaines de militants Kabyles ont été accusés d’appartenance à une organisation terroriste et ont été en conséquence condamnés à plusieurs années de prison.

L’une des raisons qui n’est pas sans importance qui a poussé l’Etat Algérien à classer le MAK comme organisation terroriste est sans doute sa diabolisation. Celle-ci amènerait à justifier les arrestations des activistes politiques à l’intérieur du pays mais aussi l’extradition de certains leaders établis à l’étranger. Il est à signaler qu’il n’y a pas que les adhérents du MAK qui subissent les représailles de l’Etat Algérien mais aussi des sympathisants du mouvement indépendantiste, des artistes, des conférenciers et tout citoyen suspecté d’avoir des penchants Kabylistes. On rappelle que les deux chanteurs engagés, Oulahlou ainsi qu’Ali Ideflawen, le professeur de Tamazight Said Chemakh, l’écrivain Younes Adli et beaucoup d’autres personnalités qui préfèrent garder le silence sont sous ISTN (interdiction de quitter le territoire national).

L’Etat Algérien n’a pu convaincre aucun pays du monde ni aucune instance internationale sur le caractère terroriste de certaines structures politiques notamment du MAK. La France aurait même refusé d’utiliser l’extradition de Ferhat Mehenni comme monnaie d’échange, considérant le chantage d’Alger absurde et rabaissant.

À l’échelle nationale la propagande des autorités Algériennes qui a pour objectif de faire croire que les mouvements Kabylistes sont terroristes a trouvé écho quasiment dans tout le pays à l’exception de la Kabylie. En dehors de quelques sbires du pouvoir, les Kabyles refusent majoritairement d’admettre la manipulation flagrante du pouvoir. La raison est simple, les militants Kabylistes y compris ceux du MAK vivent dans leurs villages au sein des leurs, ils sont pour la majorité des villageois exemplaires et respectueux.

D’aucuns pensent même que la répression et l’injustice que sont en train de subir les militants Kabyles en particulier les indépendantistes aura un effet inverse et non l’objectif souhaité en l’occurrence celui de diaboliser les Kabylistes et en éloigner les Kabyles. Si ces derniers n’expriment pas leur soutien aux détenus d’opinion, ce n’est pas par indifférence mais par peur, une peur plus ou moins légitime compte tenu du climat de terreur que le pouvoir Algérien a installé à l’intérieur du pays.